1916

La naissance de l’Eglise Apostolique

Dans les années 1904-1905, un profond réveil secoue la région du sud ouest de la Grande Bretagne. Un homme est puissamment utilisé par Dieu dans ce réveil, il s’agit d’Evan Roberts. En une année pas moins de 100'000 personnes se tournent vers Jésus.

Daniel Powell Williams a également joué un rôle important dans la formation de l’église apostolique. Né en 1882, d’une famille piétiste, élevé dans une stricte discipline, Daniel Williams rencontre Evan Roberts, cela ne fait que le renforcer dans les nouvelles résolutions qu’il avait prises pour le réveil.

Durant cette période de réveil, Dieu est en train de rendre des vérités et de remettre à jour des pratiques oubliées, perdues ou enfouies sous la poussière des traditions. Le baptême dans le Saint-Esprit, puis l’exercice de la prophétie sont restaurés.

Les dons du Saint-Esprit sont à nouveau distribués par l’Esprit et les ministères sont rétablis dans l’église.

Plus tard, Daniel Williams deviendra le pasteur de la communauté de Penygroes. La nécessité des ministères et de l’administration de la pratique des charismes lui apparaît avec davantage de clarté. Des anciens sont mis en place dans chaque communauté. En 1913, le Seigneur appela Daniel au ministère d’apôtre et Jones son frère à celui de prophète.

Les années qui suivent sont marquées par une progression rapide du message «apostolique». Le mouvement prend de l’ampleur et en vingt ans environ, 90 communautés se forment, dans le seul pays de Galles. En 1916, les différents groupes s’unissent pour former le mouvement nommé «The Apostolic Church»

1946

L’Eglise Apostolique d’Anderlecht

C’est en septembre 1946 qu’un couple anglais, les Lawson, vint s’installer dans la capitale. Après un bref contact avec les pentecôtistes du groupe Péniel à Anderlecht (une des 19 communes de Bruxelles), le pasteur Lawson choisit une voie indépendante en commençant tout d’abord des réunions dans une maison et ensuite dans un local situé rue de Broeck à Anderlecht. Grâce à ses contacts avec une société de pasteurs, il eut le privilège d’être un ami du pasteur Benjamin Selvaratnam, qui allait plus tard se joindre à l’Eglise Apostolique de France.

Le ministère du pasteur Lawson dura jusqu’en 1954. Il est marqué par sa foi en la puissance de Dieu. Il a su rassembler un groupe et prêcher l’Évangile avec les signes qui l’accompagnent, notamment la guérison et le baptême du Saint-Esprit. A sa mort, un pasteur belge, Monsieur Brohez (un ancien mineur), s’occupa de l’assemblée. Il loua un ancien bureau de chômage qu’il transforma en église au 90 rue de l’Instruction à Anderlecht. Alors que le pasteur n’avait aucun rapport avec l’Eglise Apostolique issue du grand réveil du Pays de Galles, il prit l’appellation « Mission Apostolique ». L’église demeura dans ce bâtiment jusqu’en 2004. Pasteur Brohez eu des contacts avec le pasteur Benjamin Selvaratnam qui était alors rattaché à l’Eglise Apostolique de France. Pendant plusieurs années, l’église de France entretint des relations avec l’assemblée de Bruxelles. Au départ du pasteur Brohez en 1964, le pasteur Crépin reprit la charge de l’église d’Anderlecht et les relations avec l’Eglise Apostolique de France s’intensifièrent. En avril 1967, l’Eglise Apostolique du Danemark proposa son aide en achetant l’immeuble qui était loué jusque là. Deux mois plus tard, le Seigneur rappelait soudainement à lui le pasteur Crépin. Le 10 septembre 1967, le couple suisse, Roger et Jacqueline Jotterand prirent la charge de l’assemblée.

L’oeuvre entra dans une nouvelle phase de développement avec des débuts difficiles. Rapidement, le pasteur Jotterand et son épouse vont porter leurs efforts sur un important travail parmi les enfants et les jeunes du quartier. En 1972, l’église se constituait en A.s.b.l. En 1980, l’église fera l’acquisition de l’immeuble voisin au n° 92 où une maison communautaire s’installa aux étages et un Coffee-bar « l’Oasis » au sous-sol. Après plus de 30 ans passés en Belgique, Roger et Jacqueline Jotterand ont été conduits à retourner en Suisse pour reprendre la responsabilité de l’église de Monthey (Valais) à partir du mois de juillet 98. L’église d’Anderlecht continuera un temps ses activités sous la direction du pasteur Paul-Henri Chevalley, jusqu’en décembre 2002. Entre 2003 et 2005, c’et le pasteur Albert Leclercq qui prit la responsabilité de l’oeuvre à distance en collaboration avec un stagiaire pasteur sur place en la personne d’Eric Maréchal.
Son stage terminé, le pasteur Eric Maréchal repris la charge de l’assemblée en 2006.


Depuis 2004, l’église s’est installée au Boulevard Maurice Herbette (dans les locaux de l’école Les Tournesols). C’est en 2011 qu’aura lieu l’inauguration de la nouvelle de culte à l’arrière de l’école. Depuis 2013, le pasteur Albert Leclercq exerce son ministère aux côtés du Pasteur Eric Maréchal.

1987

L’Eglise Apostolique d’Uccle

Les origines de l’église d’Uccle remontent à 1982 lorsque l’église d’Anderlecht mit sur pied un effort d’évangélisation de 10 jours au Bourdon.
Aidée par une chapelle mobile, l’équipe , dirigée par le pasteur Roger Jotterand, proclama la Bonne Nouvelle et plusieurs personnes prirent une décision pour le Seigneur.

C’est en septembre 1987 que l’église fit l’acquisition du bâtiment situé au 99à Chaussée d’Alsemberg. L’église était née. C’est le pasteur Albert Leclercq qui vint s’installer à Uccle avec sa famille, pour s’occuper de la jeune église.
Après de longues années de travaux, l’inauguration aura lieu le 14 mai 1994 en présence d’une délégation venue nombreuse pour encourager et se réjouir de l’avancement de l’œuvre de Dieu en Belgique. En septembre 2013, le pasteur Leclercq va laisser la charge de cette assemblée pour rejoindre l’église d’Anderlecht aux côtés du pasteur Eric Maréchal.

Entre 2013 et 2015, c’et le pasteur Eric Maréchal qui prit la responsabilité de l’oeuvre à distance en collaboration avec un stagiaire pasteur sur place en la personne de Dramane Kinda.
Son stage terminé, le pasteur Dramane Kinda repris la charge de l’assemblée.

1998

L’Eglise Apostolique de Colfontaine

En 1960, plusieurs familles quittent l’église de Pentecôte de Mesvin tenue par le pasteur Neusy. A leur tête, un homme avec une vision, ayant reçu un appel d’évangéliste, Arthur MATHIEU. Rapidement, ils achètent à Wasmes un bâtiment à l’abandon: les anciens bureaux du Charbonnage, avec une salle de cinéma de 250 places.
Le groupe grandit vite, et en 1961, l’Asbl "Mission Evangélique de Réveil" est fondée. La vision du pasteur Mathieu et de sa communauté est de fonder une home pour personnes âgées dans les mêmes bâtiments. Les membres commencent les travaux pour accueillir les pensionnaires. Le couple pastoral travaille à la fois dans l’église, et comme directeur et cuisinière du home. Ce home « La Moisson » existe toujours et contient 60 lits.
L’église grandit toujours, et à nouveau, une oeuvre sociale va naître en 1968 avec le home pour enfants « les Glanures ». L’église retrousse encore ses manches pour restaurer un énorme bâtiment à Boussu. Actuellement, il contient 36 lits répartis en 3 bâtiments.
A ses 65 ans, le pasteur Mathieu quitte l’église pour la Suisse. C’est un membre de l’église, Roger DAUBIE, qui assurera l’intérim pastoral pendant 3 ans jusqu’à sa mort. On rappelle le pasteur Mathieu pour reprendre la charge de l’église. Celui-ci accepte de revenir mais uniquement pour rechercher un nouveau pasteur.
Après de nombreuses recherches infructueuses, l’église décide de s’adresser aux Assemblées de Dieu de Belgique pour recevoir un jeune pasteur. Le choix se porte sur Jean-Jacques et Michèle LOVIS, fraîchement mariés.
L’église se compose alors de 30 personnes dont la moyenne d’âge est de 62 ans. Elle se réunit dans une petite salle de 25 m2 qui était l’ancienne morgue du home! Dire que cela n’a pas été évident est un mot faible. Chemin faisant, le couple pastoral a redonné une structure à l’église en la libérant de ses obligations avec ses œuvres. Ils ont ainsi pu donner leur indépendance aux 2 œuvres sociales. Le nom de l’église change en "Assemblée de Dieu de Colfontaine ».
En 1990, ils ont acheté le nouveau bâtiment avec un terrain laissé à l’abandon. L’église a petit à petit grandi pour arriver aujourd’hui à une participation au culte d’une soixantaine de personnes.
En 1998, la communauté prit ses distances vis-à-vis des Assemblées de Dieu et est devenue indépendante. Nous avons alors changé de nom pour nous appeler « Communauté Evangélique de Colfontaine ». Plusieurs options étaient devant nous. L’église a décidé de privilégier un rapprochement avec l’Eglise Apostolique, lequel aboutit en mai 2000 à l’adhésion au sein de ce mouvement.
Parallèlement, en 1998, des démarches sont faites auprès d’un jeune pasteur, David CARLIER, pour reprendre la charge pastorale de la Communauté. Il a accepté, et c’est avec plaisir qu’il s’est installé avec sa famille comme pasteur de la communauté. Sous son ministère, l’église a grandi et les locaux sont devenus insuffisants. Actuellement, une salle de 300 places est en construction sur le terrain de l’église.

2003

L’Eglise Apostolique de Chièvres

C’est en Mars 2000, après une longue préparation, qu’un bâtiment à rénover a été acheté à Chièvres, une entité de 6000 habitants, dans le but d’y ouvrir une église. C’est le pasteur Jean-Jacques LOVIS qui a travaillé à l’implantation de cette église.
Après son retour en Suisse, c’est le pasteur Jan VAN BINSBERGEN qui a assuré la direction de la jeune église pendant 7 ans. Le premier culte a eu lieu le dimanche 13 avril 2003.
En juillet 2010, ce dernier a passé le flambeau au pasteur Timothée GLOAGUEN.

2010

L’Eglise Apostolique de Manage

En janvier 2010, une nouvelle implantation voit le jour dans la région du centre à La Louvière sous la direction du pasteur Eric Maréchal.
Rapidement, deux anciens sont nommés et en 2013, un ancien restaurant est acheté sur la commune de Manage pour y installer l’église.

L’Eglise Apostolique Belge

La présidence des églises apostoliques a été assurée successivement par les pasteurs Roger Jotterand, Albert Leclercq et actuellement, Eric Maréchal. L’Eglise Apostolique Belge est membre du Synode Fédéral des Eglises Protestantes et Evangéliques de Belgique et est représentée auprès de l’Etat par le Conseil Administratif du Culte Protestant et Évangélique (CACPE).
Depuis le mois de février 2014, les 5 églises ont adopté des statuts et un Règlement d’Ordre Intérieur communs et l’ASBL nationale a revu ses statuts et a pris le nom d’ « Eglise Apostolique Belge » en lieu et place d’ « Eglise Apostolique de Belgique ».